Au sujet de Parcs Canada

Parcs Canada administre l’un des plus grands et des plus beaux réseaux d’aires naturelles et culturelles patrimoniales protégées dans le monde.

Des phares aux champs de bataille, des quartiers historiques aux paysages culturels, il y a un incroyable éventail de lieux et d’histoires à découvrir.

Le vaste réseau d’aires protégées administré par Parcs Canada est une porte ouverte sur la nature, l’histoire et 450 000 km 2 de souvenirs d’un océan à l’autre.

Les produits dérivés officiels de Parcs Canada

Les produits dérivés officiels de Parcs Canada ont été créés pour que les Canadiens puissent exprimer la fierté et l’amour qu’ils ont pour les espaces naturels et les lieux patrimoniaux qui se trouvent au pays. Ils contribuent à la connaissance, à l’appréciation et au soutien des efforts continus de Parcs Canada pour protéger et préserver ces lieux, au nom des générations actuelles et futures.

 

Les produits dérivés officiels de Parcs Canada redonnent

Depuis 2017, une partie des profits générés par BoutiqueParcsCanada.ca a servi à financer un certain nombre de projets de conservation. Apprenez-en plus sur chacun de ces projets en lisant ce qui suit.

Le feu pour la faune dans les prairies

Au parc national des Prairies, le profit des ventes aide à financer la gestion des feux dirigés qui restaurent l'habitat des prairies pour les oiseaux et certaines espèces emblématiques qui y vivent telles que le bison et le très mignon (et menacé) chien de prairie à queue noire. Les feux dirigés aident aussi à réduire les herbes inflammables qui mènent à des incendies incontrôlables.

Au secours de la savanne à la Pointe-Pelée

À la Pointe-Pelée, les ventes appuient la restauration et la conservation de la savane du cordon sablonneux du lac Érié qui abrite l’asclépiade tubéreuse, une plante nécessaire aux papillons monarques. Dans cet habitat se trouvent également d’autres espèces en péril comme le seul lézard de l’est du Canada, le scinque pentaligne, et un cactus, l’oponce de l'est.

Crédit photo: Neil Fisher

Crédit Photo: twildlife

Le Tétras des armoises des Prairies

Dans le cadre des mesures de rétablissement du Tétras des armoises, le parc national des Prairies a acheté des caméras pour évaluer l'efficacité des perchoirs dissuasifs, utilisés pour minimiser l'impact de la signalisation routière sur le risque de prédation sur cette espèce en péril.

Le saumon kokani de Kluane

Dans le parc national et réserve de parc national Kluane, les profits ont permis de financer la recherche génétique sur le saumon kokani afin de déterminer des options de rétablissement viables. Parcs Canada s'inquiète de la diminution des effectifs et de la santé génétique de la population actuelle.

Crédit photo: Steve Hossack

Les tortues de la Pointe-Pelée

Le parc national de la Pointe-Pelée a demandé l'aide d'experts qui ont recommandé de nouvelles mesures pour rendre l'habitat local plus sûr pour les tortues, ce qui profitera également aux serpents, aux grenouilles, aux crapauds et au scinque pentaligne, un petit lézard bien connu dans la région.

Les chauves-souris des Milles-Îles

Les chercheurs du parc national des Mille-Îles ont fait l'acquisition d'équipement d'écoute sonore spécialisé pour surveiller la population de chauves-souris du parc. Cela contribue aux efforts essentiels de Parcs Canada pour lutter contre le « syndrome du museau blanc », une maladie qui menace l'ensemble de la population de chauves-souris des cavernes du Canada.

Pour en apprendre plus à propos de Parcs Canada, visitez www.parcscanada.gc.ca


Sale

Non disponible

Épuisé